Mar
14
2014

Alex et Nath : « Le départ en tour du monde était une rupture »

alex et nath

Chaque voyage est unique. Pendant 15 mois de voyage, Alex et Nath ont sillonné le monde. Entre Amérique du Sud, Asie du sud-est, Océanie ou encore Afrique, ce jeune couple a pu découvrir et re(découvrir) 9 pays. On revient avec eux sur ce voyage au long cours et sur « l’après tour du monde ». Vous pouvez les retrouver sur leur blog, http://alexetnatautourdumonde.over-blog.com/

Comment vous sentez-vous quelques mois après cette fin de tour du monde ?

Depuis notre retour on est heureux et fiers d’avoir réalisé un rêve qu’on avait depuis longtemps. Jamais on n’a regretté notre changement de vie. On revient avec plein d’images dans la tête et envie d’en parler tout autour de nous.

On se rend compte que très vite les gens arrivent à court de questions. C’est un peu frustrant pour nous, mais quelles questions poser à une personne qui revient d’une expérience d’un an ou plus ? C’est dur d’appréhender l’immensité des expériences et des souvenirs qu’on peut accumuler pendant ce genre de voyage …

Le retour est-il vraiment facile ?

Le retour est plus facile que ce que nous redoutions et on retrouve assez vite le rythme. C’est même assez énervant de voir qu’on regarde maintenant notre voyage comme un souvenir et qu’il ne reste pas aussi présent dans nos têtes que nous l’aurions aimé… Par contre, je pense que certaines attitudes françaises vont nous choquer pendant encore un moment : ici, les gens nous semblent perpétuellement stressés, de mauvaise humeur et se plaignent de tout. C’est rare de voir quelqu’un dans la rue avec le sourire ! Et ça nous manque.

Qu’est-ce qui vous a le plus manqué durant ce tour du monde ?

La réponse qui nous ait venu le plus rapidement : le fromage pour Alex. Ses chats pour Nat. La famille et les amis ne nous ont pas tant manqués que ça parce qu’avec Skype et les mails c’est très facile de rester en contact. DSC03909Par contre, dans les pays où nous sommes restés plus longtemps (4 mois au Guatemala par exemple) parce que nous faisions du bénévolat, les choses étaient un peu différentes. On s’installait dans une ville et on retrouvait un rythme plus calme qu’en itinérance. Là, les amis et la famille nous manquaient un peu plus. On aurait bien aimé qu’ils soient là pour pouvoir sortir partager un repas ou un verre… Enfin, d’un point de vue plus matériel, on voyageait avec des sacs à dos avec 2 pantalons et 4/5 tee-shirts. Donc au bout de quelques mois, on ne peut plus voir nos vêtements et notre garde-robe nous manquait un petit peu.

Qu’est-ce-qui vous a le plus plu dans ce tour du monde ?

L’itinérance et le fait de voyager avec peu de contraintes sont vraiment des choses qu’on a appréciés dans notre tour du monde. Ça nous a permis de rester assez longtemps dans chaque pays et de pouvoir sortir des sentiers battus. Mais ce dernier point est finalement bien plus difficile à réaliser que ce que l’on imaginait ! Même dans les zones les plus reculées, on retrouvait toujours d’autres blancs en train de voyager. Du coup, les quelques fois où nous étions seuls sont encore plus précieuses ! S’il y a un endroit qui nous a vraiment marqué et duquel on reparle avec des étoiles dans les yeux (surtout Alex), c’est la barrière de corail sur la côte ouest de l’Australie. C’est encore un endroit préservé et de pouvoir nager au milieu de centaines de poissons de toutes les couleurs, c’était vraiment magique

Vous faites quoi actuellement ?

On avait tous les deux démissionnés de nos emplois respectifs pour partir voyager. Et à notre retour, nous n’avons pas du tout repris une activité dans ces domaines. On est installé à Londres depuis le mois d’octobre dernier. Nat a repris un Master pour faire une spécialisation en épidémiologie vétérinaire. C’est un master auquel elle avait déjà pensé avant notre départ mais un des bénévolats lui a permis de voir grandeur nature si cela pourrait lui plaire. Alex est aussi à Londres, il cherche pour le moment du travail dans une ONG intervenant dans la solidarité internationale. Donc Londres est une étape, on ne va probablement pas rester en Europe …

Peut-on réellement reprendre une vie normale quand on rentre d’un tour du monde ?

Alex avait déjà passé un an à l’étranger. Il était parti au Brésil en tant que VIE. Le retour avait été très difficile et il lui avait fallu 6 mois de réadaptation avant de pouvoir reprendre une vie normale… IMG_1489Mais cette fois les choses ont été un peu plus faciles. On revenait avec un projet et la volonté de faire changer nos parcours professionnels. Et une chose est sûre : on ne se serait pas vu reprendre nos précédents boulots comme si de rien n’était… Le départ en tour du monde était une rupture et on se sent dans la continuité de cette rupture. Et puis, être à deux aide beaucoup. Ça nous permet de partager nos souvenirs du tour du monde et nos difficultés à se réintégrer dans la vie de tous les jours.

Vous avez découvert 9 pays, pourquoi les avoir choisis ?

Le point de départ était qu’Alex connaissait le Brésil et que Nat avait vécu plusieurs années en Australie. On voulait montrer « notre » pays à l’autre. Après, on a pris un papier et chacun de notre côté on a noté les pays qui nous faisaient rêver. En comparant les listes heureusement beaucoup étaient en commun et on a petit à petit réduit la liste pour former un voyage. Mais ce premier jet comprenait des pays très différents de ceux que l’on a finalement retenus. Il a fallu combiner avec les possibilités du billet d’avion «  tour du monde » et la météo des différents pays. On voulait par exemple éviter l’hiver en Asie Centrale ou la mousson en Inde. Du coup, notre tour du monde est un compromis entre tous ces paramètres. Mais quand on regarde la liste des pays qui nous faisaient rêver, on peut facilement refaire un ou deux tours du monde !

Au total, combien vous a coûté ce tour du monde ?

Le tour du monde nous a coûté 20.000€ par personne pour 15 mois de voyage. Et 5.000 € d’avions et de frais divers (notamment assurance, visas, vaccins, ….). Les 1.000 € par mois sont vraiment une moyenne. On a dépensé plus du double en Australie et environ la moitié en Asie du Sud-Est…

Vous dormiez où ?

On dormait dans des auberges de jeunesse ou des petits hôtels locaux suivant les pays. On choisissait toujours parmi les moins chers. On préférait dépenser notre argent en activités qu’en hébergement.

Vous allez refaire un voyage au long cours ?

Pour rigoler, pendant le tour du monde, on disait qu’on en referait un autre dans 10 ans ! C’est vrai que ça nous tenterait bien mais bon, pour le moment l’objectif est de s’installer et de rester quelques années au même endroit… à l’étranger.

[Crédit photo : alexetnatautourdumonde.over-blog.com/]

3 commentaires Faire un commentaire

  • C’est vrai que c’est dur de reprendre une vie « normale » après un long voyage. Il faut un bon temps de réadaptation ! Ce n’est vraiment pas facile. Bravo à eux pour Londres !

  • ça représente un sacré budget tout de même … et pour en faire un nouveau dans 10 ans il va donc falloir économiser 😉

    • C’est sûr, mais il faut bien vivre ses rêves 🙂

Laisser un commentaire

Bons plans



Newsletter


Ne ratez aucun de nos articles en vous abonnant à notre Newsletter

Visitez le site Infotourisme

Infotourisme c'est également un site internet spécialisé dans le tourisme en France !



Découvrez toutes nos sections :

Offres de voyages

reduction hotel dans le monde
Plus dans Actu Voyage
C’est la première femme à traverser l’Antarctique seule

Adrien : « Le voyage est une partie importante de ma vie mais pas la plus essentielle »

Fermer