Avr
18
2014

Marie-Julie Gagnon : « La rencontre la plus importante que l’on fait en voyage est avec soi-même »

marie julie

Auteure, bloggeuse, globe-trotteuse … Marie-Julie Gagnon collabore aussi avec de nombreux sites comme Le Huffington Post ou encore MSN.ca. Pour cette nouvelle interview, on a choisi d’interviewer cette jeune maman qui a aussi vécu pendant 1 an et demi à Taïwan. Vous pouvez la retrouver sur son blog http://www.taxibrousse.ca/.

D’où vous est venue cette passion pour le voyage ?

Des arts, surtout. Livres, séries télé, films… Enfant, j’adorais regarder des dessins animés qui me faisaient voyager, comme Les Cités d’or. Mes parents ne voyagent pas, alors ce n’est pas une passion qui m’a été transmise. C’était en moi, tout simplement.

Quel a été votre premier voyage ?

Mon premier voyage hors Québec ? Ottawa, avec mes compagnons de classe! J’ai fait quelques escapades avec des copains par la suite, mais mon premier voyage en solo a été à Lisbonne.

Quel a été votre premier pays « coup de coeur » ?

Difficile de répondre… Le premier, je ne sais pas trop. Mais ma rencontre avec l’Asie a sans contredit été un point tournant pour moi. Mon premier séjour en Thaïlande reste sans doute le plus marquant.

Quelles ont été les rencontres les plus inoubliables ?

Il y en a tant ! Une descendante de la royauté au Burkina Faso qui travaillait dans l’humanitaire. Mes étudiants à Taïwan. Les personnages de la faune nocturne de Taipei. Une vendeuse de fruits sur la plage, à Sihanoukville, au Cambodge. D’anciens enfants esclaves des plantations de cacao en Côte d’Ivoire, rencontrés au Mali. Des agriculteurs qui cultivaient le café et le cacao en République dominicaine. Un wannabe acteur bollywoodien qui m’a servi de guide à Film city, à Bombay. Des Haïtiens déterminésunnamed à ramener les touristes dans leur pays. Des voyageurs sac au dos un peu partout sur la planète. Des étrangers qui sont devenus des amis le temps d’un trajet en bateau ou en train. Des collègues croisés lors de conférences internationales que je revois régulièrement. Sans oublier celui qui est devenu mon mari, à Taïwan ! Et puis, c’est un ÉNORME cliché, mais je pense que la rencontre la plus importante que l’on fait en voyage est avec soi-même. Il faut parfois aller se chercher à l’autre bout du monde pour se trouver vraiment.

Quels ont été vos pires moments de voyage ?

Probablement chaque fois où j’ai été malade. J’ai entre autres eu un ulcère de la cornée quand je vivais à Taïwan. À cause de la pollution, je ne pouvais pas porter mes lentilles cornéennes aussi longtemps qu’ailleurs, mais je ne le savais pas avant de me retrouver à l’hôpital. À mon arrivée, le médecin m’a mise en garde: il était possible que je perde la vue de l’oeil gauche. Je m’en suis finalement tirée avec un gros trou sur la cornée qui a accentué mon astigmatisme, mais je vois toujours!

Quel pays vous a le plus déçu ?

Singapour. Trop vert, trop propre, trop règlementé. La perfection ne m’intéresse pas. J’aime les endroits qui grouillent de vie, où l’on croise des spécimens en tous genres. À Singapour, j’étouffais. J’avais l’impression que sous le vernis, il y avait… encore plus de vernis.

Vous avez beaucoup voyagé. Selon vous, quelle est la destination à faire absolument ?

Il n’y a aucune destination «à faire absolument», ni «à éviter» à mon avis. Je n’ai pas aimé Singapour, mais je me promets d’y retourner avec la plus grande ouverture possible, pour tenter de voir au-delà de ma première impression. La destination à faire absolument est probablement celle qui nous hante. Celle qui nous fait voyager avant même de fouler son sol. Et puis, vous savez quoi? Non. Les attentes causent parfois de grandes déceptions. Je dirais donc que la destination à faire absolument est celle qui nous appelle à un moment précis. Il ne faut pas trop chercher à comprendre et simplement y aller !

Quelle région du monde déconseillez-vous de visiter ?

Ma première réaction est de dire «aucune», mais je ne conseillerai jamais à personne d’aller en zone de guerre.

Selon vous, quel est la meilleure façon de voyage (stop, camping-car, vélo …) ?

Celle qui convient à chacun! Je n’ai pas de permis de conduire et je déteste les voitures. Je n’aime pas trop le vélo non plus (ni tout ce qui demande un équipement, d’ailleurs). Forcément, mes choix sont teintés par ces faits. Quand j’aiunamed 1 le choix, je privilégie le train. Les voyages en train ne sont jamais trop longs pour moi.

Vous habitez au Canada, quels sont les coins à visiter dans ce pays ?

Tout! Je ne me lasse pas d’explorer ce pays, qui est en fait plusieurs pays en un. Le Yukon me fascine à cause de son histoire et des personnages qu’on y croise encore. Survoler les glaciers du Parc Kluane fait partie de mes expériences les plus marquantes des dernières années (encore plus que survoler le Grand Canyon!).. Vancouver reste ma ville favorite, celle où je rêve d’aller vivre un jour. L’île de Vancouver a des airs de bouts du monde. Je rêve aussi de découvrir la Vallée de l’Okanagan. L’Alberta propose une foule d’expériences dans un décor de rêve. Je ne suis encore jamais allée en Saskatchewan et ne suis passée qu’en coup de vent au Manitoba. J’aimerais prendre le temps de découvrir ces provinces méconnues et d’aller voir les ours polaires à Churchill ! Terre-Neuve m’a complètement renversée. L’Ouest de la province est à voir absolument, à cause de l’histoire des Vikings – les «vrais» premiers Européens à avoir foulé notre sol! -, de la géologie et du Parc national du Gros-Morne. Les provinces maritimes – Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse et Île-du-Prince-Édouard – sont aussi à parcourir pour la chaleur de leurs habitants, le homard (MIAM!), la communauté acadienne et les paysages époustouflants. Évidemment, je vais aussi prêcher pour ma paroisse: le Québec est unique tout en étant multiple. Montréal est une ville multiculturelle incontournable, mais les régions ont chacune leurs couleurs. Il faut absolument prendre le temps d’aller les explorer (et d’entendre les différents accents !). Vous constaterez rapidement que l’Abitibi, la Gaspésie et le Saguenay-Lac-Saint-Jean, par exemple, proposent des univers bien différents. J’aimerais aussi avoir l’occasion de visiter les Territoires-du-Nord-Ouest un jour, surtout pour y voir des aurores boréales.

Quel pays, que vous n’avez toujours pas visité, aimeriez-vous découvrir ?

Il y en a trop! Je veux tout voir, tout explorer, tout essayer. L’Indonésie est probablement le pays qui m’a fait rêver le plus fort depuis l’adolescence, mais je n’y suis pas encore allée parce que je sais que j’irai un jour, no matter what. Je privilégie donc les hasards, les opportunités et les envies spontanées. Sinon, parmi les lieux auxquels je me surprends le plus à penser ces temps-ci: Philippines, Madagascar, Birmanie, Cap-Vert, Nouvelle-Zélande, Australie, Namibie, Zanzibar… Ça change tout le temps, mais disons que la zone Asie-Pacifique m’obsède pas mal. J’espère aussi avoir l’occasion d’explorer le Canada encore plus en profondeur. Je ne m’en lasse pas !

[Crédit Photo : Marie-Julie Gagnon]

2 commentaires Faire un commentaire

  • Une interview très intéressante sur cette pro du voyage !

  • un tres bon article

Partages de l'article sur le web

Laisser un commentaire

Plus dans Actu Voyage
Le Clan V : « Oui, un tour du monde à 5, ça coûte cher »

Avenue reine Mathilde : « Nous avons visité des régions où les petits enfants sont des rois »

Fermer